Médecines alternatives en Suisse: la controverse

Les médecines alternatives sont un sujet controversé, certains pensent qu’elles devraient avoir le même statut que la médecine traditionnelle, d’autres pensent que seules quelques-unes des pratiques sont fiables, d’autres ne veulent même pas en entendre parler.

Chez MedTip, on est très optimistes. On croit qu’on arrive au point où la médecine alternative commence à gagner une place dans les habitudes de la population et à convaincre les derniers sceptiques.

Ici on va te parler du changement de mentalité qui a commencé à se manifester chez la plupart d’entre nous en question de santé. On parlera comment définir les médecines naturelles. On veut donner un aperçu globale de l’opinion des institutions internationales et suisses et de comment le peuple suisse a sa propre opinion à ce sujet.

Finalement on t’explique comment accéder aux médecines complémentaires remboursées par l’assurance maladie en Suisse. Si tu n’as qu’une minute maintenant, tu peux aller directement a ces informations en cliquant ici.

Médecine de la maladie ou médecine de la santé

Si on pense à la médecine, on voit inconsciemment une réponse à un problème ou à une maladie. En médecine on doit attendre jusqu’au moment ou un problème se manifeste pour le solutionner.

Cette approche médicale est celle que suit la médecine traditionnelle et par conséquent on utilise ce même raisonnement pour les médecines alternatives. Il n’y a rien de mal à cela, la médecine complémentaire peut t’aider à guérir et il n’y a rien de plus important que retrouver une “bonne” santé, mais il y a un autre aspect de la médecine complémentaire qui doit être souligné.

La méditation, le shiatsu, l’ostéopathie et la plupart des pratiques alternatives ont une place différente dans nos esprits. De nos jours, les personnes qui intègrent ces pratiques dans leur vie les considèrent comme une saine habitude pour une vie meilleure. De la même manière qu’on choisit de pratiquer des sports ou de manger des aliments moins transformés, on commence à voir ces disciplines comme des choix de vie pour une existence épanouie, plus heureuse et plus saine.

Ces médecines complémentaires sont conçues comme pratiques ajoutées à notre quotidien pour une hygiène de vie correcte, un plus qui nous aide à arriver a un état de sante optimale et pas seulement à une absence de maladie. On commence à abandonner l’approche de la médicine de la maladie pour embrasser la médicine de la santé et du bien être.

Chez MedTip, on est très heureux, on croit vraiment que c’est un pas en avant pour un monde meilleur. Oui, on est des romantiques

On espère vraiment que tu es déjà dans cet état d’esprit, si c’est le cas, on est là pour t’aider à mieux comprendre l’univers de la médecine complémentaire, la loi suisse et comment profiter d’un énorme choix de techniques pour quelques francs par mois.

Médecines complémentaires, médecines douces, médecines alternatives, c’est quoi?

L’un des principaux défis consiste à définir ce qu’est la médecine complémentaire. La vérité est que personne n’a la bonne définition de la médecine complémentaire, donc, on a créé la nôtre.

On croit que toutes les pratiques aujourd’hui rassemblées sous ce terme ont été instinctivement développées par quelqu’un (voir groupe de personnes) qui voulait simplement aider les autres avec ses connaissances. Cette aide philanthropique a évolué naturellement pour devenir une nouvelle discipline. Ces pratiques n’étant pas reconnues par l’État en première instance comme branches de la médecine traditionnelle ont été nommées médecines alternatives, alternatives, douces, parallèles, etc.

En bref, on voit la médecine alternative comme la réaction libre et spontanée de la société à ses propres besoins en matière de bien-être.

Nous ne savons pas quand tout cela a commencé. Est-ce la phytothérapie préhistorique le début? Les pratiques chamanistes des anciennes tribus, sont-elles partie de la médecine complémentaire? Est-ce qu’on a vraiment besoin de tout catégoriser, classer et étiqueter ? On ne le croit pas, mais quand il s’agit d’appliquer la réglementation, c’est un besoin bien présent.

La route pour devenir des pratiques reconnues

Si on regarde en arrière, changer le status quo ou défendre de nouvelles idées n’a jamais été facile. Galilée a été condamné pour avoir défendu le fait que le soleil était le centre de la galaxie et pendant de nombreuses années nous étions incapables de décider si la terre était plate ou sphérique. Bref, on n’est pas très forts pour accepter la nouveauté.

Historiquement, seulement les révolutions violentes ou le soulèvement social ont conduit à des changements majeurs sur le status quo. Heureusement, on a appris deux ou trois choses depuis et on n’a pas eu besoin d’une révolution pour un changement de l’intégration des médecines complémentaires dans le système de santé en Suisse

Tu sais déjà que la Suisse est une démocratie directe, c’est-à-dire que le peuple suisse est finalement consulté sur les grandes décisions, qu’elles émanent du gouvernement ou d’une initiative populaire. Les citoyens suisses ont été appelés à voter sur des questions aussi importantes come le droit de vote pour les femmes, l’utilisation de l’énergie nucléaire, un salaire minimum et bien d’autres questions encore.

Pour revenir à la médecine complémentaire, nous utilisions des plantes et des herbes bien avant la naissance de Galilée, alors il est bien possible que la population suisse a également eu l’occasion de donner son opinion sur ceci. C’est tout a fait vrai, on va parler de cela mais d’abord on doit regarder la perspective globale, la Suisse est un petit pays entouré de montagnes mais le cadre internationale a son importance, comment l’opinion institutionnelle a-t-elle évolué?

Opinions des institutions mondiales et suisses sur la médecine complémentaire

1990

En raison de l’intérêt croissant pour la médecine complémentaire, le Fonds National Suisse de la recherche prend en charge un programme national de recherche (NRP 34) pour évaluer l’importance sociale et économique de la médecine complémentaire. 5 ans, 15 projets et 6 millions de francs après, nous concluons que:

  • Tous les pays européens ont suivi le chemin de la Suisse et demandé à ses scientifiques de réaliser des études sur les médecines complémentaires. On n’est pas les seuls 🙂
  • Un large recours à des prestations de médecines complémentaires représente actuellement (1990) une réalité. Cependant quand une maladie se fait présente les médecines traditionnelles sont préférées
  • La frontière entre médecines complémentaires et traditionnelles s’estompe. Il serait opportun de les concevoir comme éléments d’un seul système de santé

2001

L’ Organisation Mondiale de la Santé publie un rapport détaillé sur le statut juridique de la médecine complémentaire. On présente les conclusions pour la Suisse ici:

  • Les consultations ont été motivées par la maladie mais aussi pour améliorer le bien-être et éviter de tomber malade. Hop Suisse!
  • 80% des assurés complémentaires ont consulté un praticien de médecine complémentaire
  • 44% des personnes n’ayant pas d’assurance complémentaire ont consulté un praticien en médecine alternative

2002

L’Observatoire Suisse de la Santé publie un rapport analysant l’accès aux soins de santé en Suisse en utilisant diverses critères (économiques, de genre, de âge, etc.) Nous apprenons que même avec un ensemble restreint de ce qu’ils considèrent comme la médecine complémentaire.

  • 20% de la population suisse a eu une consultation l’année dernière.
  • 25% en suisse allemande
  • 15% en Suisse francophone. Oui, nous sommes un peu en retard.

Les faibles chiffres du dernier rapport sont expliqués par l’ensemble restreint de pratiques considérées. Lorsqu’on regarde attentivement les rapports, on voit que l’accès à la médecine complémentaire est une tendance à la hausse. Quel est le statut actuel en Suisse?

La réglementation suisse actuelle: une histoire d’avant en arrière

La reconnaissance et le remboursement des médecines alternatives dans l’ assurance maladie obligatoire (LAMal) a fait l’objet de controverses, de modifications réglementaires et de réclamations populaires. On pourrait écrire un long article (plus long que celui-ci), mais on préfère te donner seulement les faits marquants.

Sans rentrer dans la discussions de les événements montres dans le graphique, la leçon a en tirer est que le remboursement des médecines complémentaires est un mandat du peuple suisse. On pense que ceci est ENORME 🙂

Malgré le fait que c’est un grand progrès, il y a encore un long chemin à parcourir.

L’initiative populaire «oui à la médecine complémentaire» était un appel à rembourser toutes les méthodes des médecines alternatives et elle était soutenue par 67% de la population . La situation actuelle est que LAMal rembourse exclusivement les disciplines ci-dessous

Ces disciplines sont remboursées uniquement si les soins sont délivrés par un médecin ayant suivi les études de médecine traditionnelle qui a également obtenu un diplôme reconnu par FMH (Fédération des Médecins Helvétiques) sur l’une de ces quatre pratiques. Cela te laisse très peu d’options pour être remboursé par l’assurance de base. Mais il y a d’autres possibilités 🙂

Comment avoir accès au remboursement des médecines alternatives pour quelques francs par mois.

On a expliqué dans notre article sur la structure de l’assurance maladie que pour obtenir un bon remboursement pour les massages, le shiatsu, la méditation, la nutrition et un large éventail de pratiques complémentaires, tu dois souscrire une assurance complémentaire.

La bonne nouvelle est que la plupart de ces assurances varient entre 25 et 40 CHF par mois, tu dépenses probablement plus en bière ou pour ton contrat de téléphone, on croit que tu mérites d’investir ce montant dans ton bien-être!

Le remboursement pour la médecine complémentaire est assez facile.

  • Trouve la pratique qui te convient. Tu peux utiliser notre site pour cela.
  • Appelle l’assurance pour vérifier le remboursement. On recommande fortement de le faire pour éviter des surprises.
  • Paie la facture et envoie-la à l’assureur pour le remboursement

Le remboursement dépend de l’assurance que tu as souscrite. Tu peux avoir un remboursement d’un montant fixe, un pourcentage fixe ou un pourcentage variable. Ton assurance peut également avoir des limites de dépenses totales, des limites par discipline ou pas de limites. Tu peux avoir un contrat avec franchise ou avec remboursement dès la première session.

Obtenir toutes les informations ci-dessus n’est pas facile, le plus souvent les assureurs vont te demander un rendez-vous afin de t’expliquer l’offre (et te séduire avec leurs compétences de vente, la vente est dure!). Pour t’aider avec cela, on a créé un tableau avec cinq conseils simples.

Remboursement des médecines alternatives comparé. Franchises, limites, praticiens, prix et plus.

Quand il s’agit de comparer les offres de remboursement pour les médecines complémentaires, il suffit de se concentrer sur ces 5 points

  1. Taux de remboursement. Toutes les offres ne remboursent pas au même taux
  2. Franchise. Certaines assurances vous demanderont de payer le coût total du traitement jusqu’à un certain montant (par ex. 500 CHF), puis commenceront à rembourser après.
  3. Limite de dépenses. Certaines assurances ont une limite, à partir de laquelle ils ne vous rembourseront pas
  4. Liste de thérapies et de thérapeutes. Est-elle facile à obtenir? Est-elle assez complète?
  5. Prix (évidemment). En fait, cela devrait être le moins important des critères. La plupart des assurances sont de l’ordre de 25 à 40 CHF par mois.

On te donne toutes les informations nécessaires pour comparer les différentes offres dans le tableau ci-dessous. On ne peut pas te donner des prix mais on te donne une indication facile à suivre.

Nos meilleures conseils

  • Choisis une assurance sans franchise, si la mensualité à payer est 4 ou 5 CHF plus chère, soyons fous! T’es encore gagnant à la fin de l’année 😉
  • Choisis un assureur qui a une liste de praticiens que tu puisses consulter facilement, ceci facilite les recherches.
  • Fais attention à la limite des dépenses de ton assurance. Une consultation coûtera entre 80 et 200 CHF, si t’as une limite de 1000 CHF cela arrivera rapidement.
  • Avant de consulter un praticien, appel toujours l’assureur pour demander s’il est remboursé, même si tu le vois sur la liste. Cela évitera des surprises

Si tu lis dans ton smartphone tu peux glisser le tableau vers le haut, le bas, la gauche et la droite. Cette liste est indicative, les conditions peuvent changer selon la volonté de l’assureur

OFFREREMBOURSEMENTFRANCHISELIMITE DEPENSESTHERAPEUTESPRIXENSEMBLE
GROUPE CSS*
  • MyFlex Eco
  • Balance
  • Premium
75% NON
  • 1000
  • 3000
  • 10000
limité( liste avec une partie des méthodes RME). télécharger ici $$$
SWICA *
  • TOP
  • PRAEVENTA
  • OPTIMA

  • 80 CHF/h
  • 80 CHF/h
  • 100%
NON NON liste complète
détails
$
EGK
  • level 1
  • level 2
  • level 3
  • flex
3 méthodes/année
12 séances par méthode
70 CHF /séance

  • non
  • non
  • 300
  • non
voir remboursement appeler au 032 623 64 80 $$$
SANITAS CLASSIC 80% NON 5000 liste complète
détails
$$$
GROUPE MUTUELLE BONUS 90% 150 NO thérapeutes inclus ici $$$$
GROUPE MUTUELLE ALTERNA 80% NO NO très limité
details
$$
GROUPE MUTUELLE SOINS COMPLEMENTAIRES
  • level 1
  • level 2
  • level 3
  • level 4
70 CHF / session choice between 0 and 50 CHF

  • 500
  • 2000
  • 3000
  • 4000
thérapeutes inclus ici $$$
GROUPE MUTUELLE COMBINEE GLOBAL
  • level 1
  • level 2
  • level 3
  • level 4
70 CHF / session choice between 0 and 150 CHF
  • 2000
  • 2000
  • 3000
  • 4000
thérapeutes inclus ici $$$
ASSURA
  • MEDNA
  • NATURA

  • 80 CHF/h
  • 90CHF/h max 110 CHF
200 CHF
  • NO
  • NATURA


  • très limité
  • bien avec réserves détails
$
VISANA*
  • MED COMP I
  • MED COMP II
90% NO
  • 1000
  • 4000
liste complète
détails
$$$
HELSANA
  • SANA
  • COMPLETA
75% NO NO appeler au 0844 80 81 82 détails $$
*Pour souscrire cette assurance l’assureur te demandera de souscrire une autre assurance complémentaires (voyage, maison, etc.) en plus.

Une question sans réponse? Quelque chose que tu veux partager avec nous? Fais-nous savoir dans les commentaires et nous y répondrons.

Liker c’est bon, sharing is caring
Partage ce contenu avec tout le monde qui pourrait être intéressé et aide-nous à informer toute Genève avec le lien facebook ci-dessous

Laisser un commentaire