Assurance maladie en Suisse

Si vous êtes tombé sur cet article sur l’assurance maladie en Suisse, probablement que vous vous trouvez dans une des situations ci-dessous

✔ Vous devez souscrire une assurance maladie

Vous avez une assurance maladie et vous voulez savoir comment mieux l’utiliser. Oui c’est possible !

Vous vous intéressez aux médecines alternatives et voulez en savoir plus, vous êtes des nôtres

Félicitations ! Vous êtes arrivé à bon port, surtout dans le troisième cas.

Nous allons vous expliquer ce que vous devez savoir sur les assurances maladie et quelques astuces pour mieux profiter de ces CHF qui s’envolent de votre salaire en direction de l’assureur.

Nous voulons vous aider à mieux comprendre l’assurance maladie en Suisse, dans sa totalité. Nous allons vous parler de la façon dont elle est structurée, vous expliquer pourquoi il y a autant d’assureurs et comment profiter des différentes offres pour prendre en main votre santé.

Comme l’aurait dit Blaise Pascal, on a écrit un long article parce qu’on n’a pas eu le temps d’en écrire un plus court. Cependant, si vous avez deux minutes, voici quelques liens utiles pour vous :

Si tu veux les informations complètes, c’est plus bas

Assurance maladie en Suisse, les chiffres clés du business

L’Association suisse d’Assurances déclare que la facture totale du système de santé suisse s’élève à 78 millions CHF. La RTS (Radio Télévision Suisse) estime qu’il nous coute plus de 800 CHF/mois par personne soit environ 10% PIB (Produit intérieur brut, soit 10 % de toute l’activité économique du pays). Peu importe la source, une chose est claire : c’est beaucoup d’argent.

Peut-être n’êtes-vous pas habitué à choisir une assurance pour les soins de santé. Dans votre pays d’origine, il y a une sécurité sociale et vous ne vous êtes jamais posé la question de savoir si les soins sont chers ou pas. Mais a priori les prix des assurances suisses semblent démesurés.

Si vous venez d’arriver en Suisse, probablement êtes-vous encore en train de comparer des prix, une bière 7 CHF, une pizza 20 CHF, tout semble hors de prix. On a des expatriés parmi notre équipe : on connaît !

On ne va pas rentrer ici dans la comparaison ici, mais si vous y réfléchissez la situation n’est pas très différente ici ou ailleurs. En France, au Royaume-Uni, en Italie ou au Portugal, une grande partie du salaire part aux impôts et une bonne partie des impôts part au système de santé.

La différence est qu’en Suisse, nous n’avons pas d’entité publique qui assure le service de santé avec l’argent des impôts, ce qui rend la situation un peu plus complexe. Mais nous allons vous aider à comprendre les concepts-clés.

Est-ce que je paie trop pour mon assurance?

Ouh la ! Quel débat ! Avec ces montants en jeu, on peut penser que les caisses maladie ont les poches remplies. Mais en fait le business des assurances maladie n’est pas si verdoyant qu’il paraît.

Analyser le business de la santé n’est pas notre but, mais peut-être voudriez-vous connaître la tendance des dernières années. Les caisses maladie font de pertes avec les assurances de base et des bénéfices avec les assurances complémentaires (la différence entre base et complémentaire est expliquée quelques lignes plus bas).

Pour nous, ceci montre une approche de la santé erronée et c’est ici que nous aimerions vous aider ou du moins vous faire réfléchir.

Les médicaments pour traiter un diabète (soin de base) vont forcément coûter plus cher que quelques consultations avec un nutrithérapeute (soin complémentaire) pour apprendre à mieux manger et ne pas développer un diabète. La médecine de la maladie coûte toujours plus cher que la médecine de la santé et la prévention.

La médecine traditionnelle est conçue comme une réponse a une maladie pendant que les médecines complémentaires ont pour objectif de vous permettre d’être dans un état de santé optimal sans développer de maladies ni douleurs. Notre vision est qu’une meilleure compréhension et intégration des médecines douces dans nos vies peut mener à une réduction des maladies et par conséquent à des coûts de soins de base moindres.

Nous allons vous aider les intégrer dans votre vie. En fait ce site est là juste pour ça.

Assurance maladie “made in Switzerland”: base et complémentaire

L’approche suisse en matière de santé est planifiée sur deux piliers : les soins de base et les soins complémentaires.

Dans la plupart des pays européens, l’état fournit les soins et vous ne voyez jamais aucune facture. L’approche suisse est un mix entre public et privé : ceci est un bon début pour un débat, mais allons à l’essentiel.

Le gouvernement fédéral a publié une loi en 1994 (effective 1996) en déclarant que toute personne résidant en Suisse doit disposer d’une assurance maladie fournissant des prestations ou soins de base. Cependant, le gouvernement ne fournit pas de services de santé, donc nous oblige à obtenir une assurance privée qui fournit les soins de base.

Les soins couverts par l’assurance de base sont énumérés dans le règlement LAMal . La partie de la prestation à payer par l’assureur et la partie à payer par l’assuré sont également stipulées dans la loi.

Par conséquence toutes les offres d’assurance de base couvrent les mêmes services ou soins. OPlus de renseignements dans cet article.

Si vous avez déjà un peu d’expérience avec l’assurance maladie, vous savez qu’il y a beaucoup d’assureurs et beaucoup d’offres différentes.

Si toutes les offres couvrent les mêmes prestations, pourquoi est-ce si compliqué ? Pourquoi autant d’offres différentes ?

La réponse à cette question est en deux parties. Premièrement le service clientèle n’est pas le même partout. Plus de détails danss cet article.

Deuxièmement la question est que pour tout autre service qui n’est pas inclus dans l’assurance obligatoire de base, tout est laissé au secteur privé et les offres sont très diverses. Ce sont les services ou soins complémentaires. Vous n’êtes pas obligé d’avoir une assurance qui rembourse ces soins, mais il y a des opportunités à saisir.

Les services complémentaires en suisse

Les services complémentaires sont ceux qui procurent tout autre droit que celui spécifié sur le règlement LAMal déjà mentionné. Ils sont nombreux, par exemple, le droit à obtenir une chambre privée à l’hôpital, à choisir le chirurgien, à aller dans une clinique pour les soins et bien d’autres. Nous avons rédigé un autre article avec une vue globale et structurée des soins de base et des soins complémentaires.

D’après Wikipedia il y a juste un peu moins de 100 caisse-maladie qui offrent des assurances en Suisse. Si vous êtes curieux, la liste officielle est ici, elle est longue.

En tout cas il y a assez d’assureurs et d’offres différentes pour vous occuper pendant plusieurs soirées si vous voulez toutes les comparer.

Ce qui n’aide pas est que la plupart des assureurs ont une attitude de secret autour de ce qu’ils offrent. Pour connaître les détails de leur offre, vous devez les rencontrer personnellement ou les avoir au téléphone et la façon dont ils expliquent leurs offres n’est pas tout à fait claire. Ça peut devenir frustrant.

On ne veut pas parler de tous les services complémentaires, notre passion est les médecines alternatives. Nous croyons que les médecines alternatives sont le futur de la santé. Méditation, nutrition, yoga, massages, ces pratiques sont le chemin pour vivre une vie en bonne santé et avec plénitude.

Nous allons vous expliquer tout ce que vous devez savoir sur leur intégration dans le système suisse d’assurance maladie et aussi comment bénéficier d’un énorme choix de services pour une vingtaine de francs par mois. Nous avons comparé toutes les offres et mis tout ensemble sur un joli tableau plus bas.

Médecines complémentaires, médecines douces, médecines alternatives, c’est quoi?

Il est plus simple d’écrire sur les médecines douces que les définir, ceci est le premier défi. En fait il n’y a pas de liste ou de description de ce qu’est la médecine alternative. Vous trouverez des définitions dans les livres, sur le net ou même dans les organismes officiels comme l’Organisation Mondiale de la Santé. Vous trouverez une étude très longue et approfondie sur lequel on a résumé les conclusions pour la Suisse dans cet article.

Comme il n’y a pas de définition officielle, nous avons créé la nôtre. Nous voyons la médecine alternative comme la réaction libre et spontanée de la société à ses propres besoins sans réponse en matière de bien-être.

Nous pensons que toutes les pratiques aujourd’hui rassemblées sous ce terme ont été instinctivement développées par quelqu’un (voire un groupe de personnes) qui voulait simplement aider les autres avec ses connaissances. Cette aide philanthropique a évolué naturellement pour devenir une nouvelle discipline. Ces pratiques n’étant pas reconnues par l’État comme branches de la médecine traditionnelle ont été nommées médecines naturelles, alternatives, douces, parallèles, etc.

Des pratiques les plus académiques comme l’ostéopathie ou la phytothérapie aux disciplines plus orientées vers l’énergie comme l’acupuncture ou le shiatsu, elles font aujourd’hui partie de nos vies. On sait que ces disciplines peuvent apporter de grands avantages à notre bien-être et peu à peu elles se font une place dans les hôpitaux parmi les soins que l’état considère remboursables par l’assurance de base.

Un changement de vision s’impose. Il faut un autre regard sur la médecine. Abandonner la médecine de la maladie pour nous diriger vers une médecine de la santé. Et dans cette démarche, les médecines complémentaires jouent un rôle primordial.

Les médecines complémentaires en Suisse

De nos jours, 4 pratiques considérées comme des médecines douces sont reconnues et remboursées* par LAMal (l’assurance maladie suisse obligatoire). Ces pratiques sont :

  • Médecine antropophosique
  • Médecine Chinoise Traditionnelle
  • Homéopathie
  • Phytothérapie

* au passage, les 4 disciplines ci-dessus sont remboursées uniquement si elles sont dispensées par un médecin ayant suivi les études de médecine traditionnelle et ayant également obtenu un diplôme reconnu par la FMH (Fédération des Médecins Helvétiques)

sur l’une de ces quatre pratiques. Ce qui laisse très peu d’options pour être remboursé par l’assurance de base. Mais nous sommes là pour vous aider.


D’autres pratiques appellent le même genre de reconnaissance, par exemple l’hypnose qui est déjà utilisée dans les Hôpitaux Universitaires de Genève. On a écrit sur le chemin jusqu’à cette reconnaissance dans cet article La médecine alternative en Suisse de A à Z.

Comment se faire rembourser les médecines douces ?

Nous voici au cœur du sujet ! À part les 4 pratiques dont nous avons parlé, vous pouvez demander un remboursement pour le yoga, la méditation, massage sportif, massage classique, nutrition, l’Ayurveda, techniques énergétiques et bien d’autres techniques ! Et oui, cela ne coûte que quelques francs par mois.

C’est une bonne opportunité pour vous concentrer sur votre bien-être sans avoir à mettre un prix sur votre santé, ce que malheureusement la plupart d’entre nous faisons, jusqu’à ce que les symptômes deviennent trop sérieux.

Le remboursement pour la médecine complémentaire est assez facile.

  • Trouvez la pratique qui vous convient. Vous pouvez utiliser notre site pour cela.
  • Appelez l’assurance pour vérifier le remboursement. On vous recommande fortement de le faire pour éviter des surprises.
  • Payez la facture et envoyez-la à l’assureur pour le remboursement

Les médecines naturelles peuvent faire beaucoup pour améliorer votre santé, votre mental et votre vie en général. Cependant, avant d’obtenir ce service, vous devez souscrire une assurance pour les médecines alternatives et survivre à la jungle des offres d’assurance, et croyez-nous, c’est une jungle féroce.

Comparaison des médecines alternatives: prix, franchises, thérapies et plus

Si vous avez déjà discuté avec un assureur, soit il vous a séduit avec les dernières techniques de vente (la vente c’est la vente) soit vous êtes complètement perdu sur les bénéfices et le remboursement des assurances complémentaires sur les médecines douces et avez besoin d’un peu d’aide.

Ici, on va aller à l’essentiel. En fait, quand il s’agit de comparer les offres, il suffit de se concentrer sur ces 5 points.

  1. Taux de remboursement. Toutes les assurances ne remboursent pas au même taux.
  2. Franchise. Certaines assurances vous demanderont de payer le coût total du traitement jusqu’à un certain montant (par exemple 500 CHF), puis commenceront à rembourser après.
  3. Limite de dépenses. Limite de dépenses. Certaines assurances ont une limite, à partir de laquelle ils ne vous rembourseront pas.
  4. Liste de thérapies et de thérapeutes. Est-elle facile à obtenir ? Est-elle assez complète ?
  5. Prix. (évidemment). En fait, cela devrait être le moins important des critères. La plupart des assurances sont de l’ordre de 25 à 40 CHF par mois. C’est probablement moins que ce que vous payez pour l’abonnement natel. Question piège, quel est le plus important : votre santé ou votre téléphone ? Ne répondez pas

On vous donne toutes les informations nécessaires pour comparer les différentes offres dans le tableau ci-dessous. On ne peut pas vous donner des prix, mais on vous donne une indication facile à suivre.

Nos meilleures conseils

  • Choisissez une assurance sans franchise, si la mensualité à payer est 4 ou 5 CHF plus cher, soyons fous ! Vous êtes quand même gagnant à la fin de l’année.
  • Choisissez un assureur qui a une liste de praticiens que vous pourrez consulter facilement, ceci facilite les recherches.
  • Faites attention à la limite des dépenses de votre assurance. Une consultation coûtera entre 80 et 200 CHF, si vous avez un plafond de 1000 CHF cela arrivera rapidement.
  • Avant de consulter un praticien, appelez toujours l’assureur pour demander s’il est remboursé, même si vous le voyez sur la liste. Cela évitera des surprises.

Si vous lisez sur votre smartphone, glissez sur le tableau vers le haut, le bas, la gauche et la droite. Cette liste est indicative, les conditions peuvent changer au gré de la volonté de l’assureur.

Note : Ici le tableau

OFFREREMBOURSEMENTFRANCHISELIMITE DEPENSESTHERAPEUTESPRIXENSEMBLE
GROUPE CSS*
  • MyFlex Eco
  • Balance
  • Premium
75% NON
  • 1000
  • 3000
  • 10000
limité( liste avec une partie des méthodes RME). télécharger ici $$$
SWICA *
  • TOP
  • PRAEVENTA
  • OPTIMA

  • 80 CHF/h
  • 80 CHF/h
  • 100%
NON NON liste complète
détails
$
EGK
  • level 1
  • level 2
  • level 3
  • flex
3 méthodes/année
12 séances par méthode
70 CHF /séance

  • non
  • non
  • 300
  • non
voir remboursement appeler au 032 623 64 80 $$$
SANITAS CLASSIC 80% NON 5000 liste complète
détails
$$$
GROUPE MUTUELLE BONUS 90% 150 NO thérapeutes inclus ici $$$$
GROUPE MUTUELLE ALTERNA 80% NO NO très limité
details
$$
GROUPE MUTUELLE SOINS COMPLEMENTAIRES
  • level 1
  • level 2
  • level 3
  • level 4
70 CHF / session choice between 0 and 50 CHF

  • 500
  • 2000
  • 3000
  • 4000
thérapeutes inclus ici $$$
GROUPE MUTUELLE COMBINEE GLOBAL
  • level 1
  • level 2
  • level 3
  • level 4
70 CHF / session choice between 0 and 150 CHF
  • 2000
  • 2000
  • 3000
  • 4000
thérapeutes inclus ici $$$
ASSURA
  • MEDNA
  • NATURA

  • 80 CHF/h
  • 90CHF/h max 110 CHF
200 CHF
  • NO
  • NATURA


  • très limité
  • bien avec réserves détails
$
VISANA*
  • MED COMP I
  • MED COMP II
90% NO
  • 1000
  • 4000
liste complète
détails
$$$
HELSANA
  • SANA
  • COMPLETA
75% NO NO appeler au 0844 80 81 82 détails $$
* Pour contracter cette assurance, l’assureur vous demandera de contracter une autre assurance complémentaire (voyage, maison, etc.).

Une question sans réponse ? Quelque chose à partager avec nous ? Partagez-le et nous y répondrons.

Liker c’est bon, sharing is caring
Partagez ce contenu avec tous ceux qui pourraient être intéressé, grâce au lien Facebook ci-dessous

Laisser un commentaire